Monthly Archives: novembre 2014



Traductions techniques : la méthode à suivre

12,Nov,2014

S’assurer de l’exactitude des traductions techniques est, de nos jours, l’un des enjeux majeurs auquel les demandeurs de services de traduction doivent faire face. Avec l’émergence d’outils de traductions gratuits et la multitude d’agences présentes aux quatre coins du monde proposant des niveaux de service et de qualité à géométrie variable, de nombreuses sociétés ayant des besoins en traductions se retrouvent quelque peu perdues lorsqu’il est question d’aborder ce sujet. Cet article met en avant quelques conseils utiles pour améliorer la qualité de vos traductions techniques.

Employés/distributeurs

technical translationNombreuses sont les sociétés qui envisagent une traduction réalisée en interne ou par leur distributeurs locaux. Même s’il ne fait aucun doute quant aux avantages réels à tirer de cette méthode (coût réduit, connaissance accrue du produit par les initiés…), il faut cependant garder à l’esprit qu’un bon distributeur ne fera pas forcément un bon traducteur. Il n’est pas rare, par exemple, qu’un distributeur choisisse d’ajouter ou de retirer du contenu afin d’adapter la communication de votre produit à ses propres besoins. Cette pratique peut mener à des incompréhensions pour le client final, mais surtout causer des problèmes juridiques. Si vous choisissez cette pratique, nous vous conseillons de garder un contrôle permanent sur la situation. Utiliser une ressource interne ou un distributeur peut également entrainer des retards de traduction puisque, très souvent, ils sont confrontés à devoir gérer leur charge de travail quotidienne avec des projets de traduction.

Toutefois, les distributeurs peuvent se révéler extrêmement utiles lorsqu’il faut définir la terminologie sur laquelle baser la traduction. Une bonne agence de traduction peut utiliser cette dernière pour mettre en place un glossaire bilingue ou base terminologique ; une fois mis en place, ces outils alertent automatiquement le traducteur lorsqu’un terme prédéfini apparait dans le texte. Ainsi, vous pouvez être sûr que votre terminologie privilégiée sera utilisée dans la traduction.

Mémoire de traduction

De la même façon, il est vital de vérifier que l’agence à qui vous souhaitez confier vos projets utilise un outil de mémoire de traduction. Non seulement il aidera à réduire les coûts et à maintenir une cohérence dans le document à traduire, mais il deviendra précieux pour vos travaux futurs. Dans cet objectif, si vos différents manuels contiennent des phrases ou paragraphes similaires (comme des consignes de sécurité), il sera possible de retrouver ces éléments dans votre mémoire de traduction, cela évitera de les retraduire à nouveau à chaque fois et donc permettra de faire des économies significatives. Les mémoires de traduction se prêtent particulièrement bien à la traduction technique, c’est pourquoi il est important de les utiliser mais également de mettre en place une procédure afin de gérer vos mémoires de traduction de manière optimale.

Références en matière de traduction techniques

Il est également important de vérifier si votre agence possède une connaissance solide pour les traductions techniques. Obtenir des références des entreprises similaires à la vôtre et recevoir un test de traduction sont de bons indicateurs quant au sérieux de l’agence choisie. Il va sans dire que le traducteur doit être professionnellement qualifié et être locuteur natif de la langue cible, mais il est tout aussi important qu’il soit spécialisé dans les traductions techniques, afin de produire un travail qui est facilement compréhensible pour le lecteur. Une fois que vous avez sélectionné le traducteur/l’agence, donnez-leur suffisamment de temps pour effectuer la traduction. Il faut du temps pour créer un travail de qualité et, bien qu’il soit possible de livrer rapidement de grands projets, un travail réalisé dans la précipitation n’aura pas le même rendu que celui pour lequel le traducteur aura eu le temps de relire attentivement sa production.

Formats de fichiers complexes

Nous vous encourageons également à demander à votre agence de traduction quels formats de fichiers elle est capable de gérer. De plus en plus d’entreprises génèrent des documents techniques via des systèmes de gestion de contenu et une bonne agence n’aura aucune difficulté à gérer des contenus au format .xml ou .xliff, voire même, des fichiers FrameMaker ou RoboHelp. Travailler avec ce genre de fichiers ne devrait pas entrainer de coûts supplémentaires, il est donc intéressant de demander préalablement à l’agence les formats qu’elle accepte avant de supposer qu’elle ne puisse pas gérer vos fichiers au format original.

Captures d’écran/plaques signalétiques

Enfin, il est important de vérifier si toutes les captures d’écran des logiciels, plaques signalétiques et autres pictogrammes qui sont référencés dans le contenu ont été traduits. Par exemple, si une plaque signalétique d’un moteur doit rester en français lorsqu’il est utilisé en Allemagne, le manuel conservera une photo de l’étiquette en français, celle-ci sera accompagnée d’une légende avec le texte traduit en allemand. Il conviendra également de convertir toute unité de mesure utilisant le système métrique vers le système impérial pour les traductions destinées aux pays utilisant ce dernier, tel que le Royaume-Uni ou encore les États-Unis.

Chaque projet de traduction est différent et il reste d’autres facteurs à prendre en considération lors de votre projet, mais les principaux points évoqués dans cet article devraient être pris en compte dès lors que vous envisagez de faire traduire vos documents techniques.

Pour tout besoin en traductions techniques, n’hésitez pas à nous contacter par l’intermédiaire de votre chef de projet ou via notre site web.