Les émotions peuvent influer sur la traduction

10,Août,2012

Le processus de traduction est bien plus qu’une histoire d’amour dénuée de sentiments. En effet, même si le traducteur prend soin d’utiliser le ton juste et de respecter les règles d’orthographe et de grammaire de la langue cible, les émotions pourraient cependant influencer le processus.

C’est ce que montre une nouvelle étude conjointement menée par l’Université de Californie à Berkeley et le lycée Bard à New York. Les chercheurs ont en effet examiné comment les personnes ayant développé une capacité bilingue utilisent certaines expressions de sentiment. Un exemple avec une personne Finlandaise/Anglaise : l’expression « je t’aime » est préférée en anglais, car le finnois (Minä rakastan sinua) renvoie à une connotation très forte et ainsi elle est rarement utilisée.

L’étude a porté sur les interactions avec les enfants, mais pourrait avoir des implications pour la traduction de documents, et même pour certaines disciplines professionnelles comme la traduction médicale.

«Nous sommes particulièrement heureux de voir comment les implications de changement de langue liées aux émotions peuvent être explorées au-delà de la dyade parent-enfant, par exemple dans les interactions conjugales, ou dans le cadre de la thérapie et d’autres interventions», explique Stephen Chen, chercheur en psychologie à l’Université de Berkeley et co-auteur du rapport de l’étude.

De tels résultats apportent un éclairage complémentaire sur la façon dont les préoccupations moins évidentes comme l’expression de l’émotion peuvent jouer un rôle important dans la traduction professionnelle.

Source: Eurekalert